Cinéma - Vincent Lefèvre

Voici mes nouvelles pages sur le cinéma.

Quelques commentaires sur les derniers films sortis (ou qui vont sortir) en France

Je donne ci-dessous mes commentaires sur les films qui sont sortis il y a moins d'un mois en France (reprises d'anciens films incluses), ou qui vont sortir dans les mois qui viennent. Cette page est mise à jour régulièrement.

Dhadak, de Shashank Khaitan [AC]

Bien jusqu'au plan-séquence final. Un reproche concernant Parthavi: le film mise uniquement sur la beauté de l'actrice Janhvi Kapoor, mais son personnage n'a pas un rôle majeur; c'est dommage. Cependant le film est divertissant et émouvant, et il a une belle BO.

Il s'agit d'un remake de Sairat (2016), qui n'est pas sorti en France et que je n'ai donc jamais vu. D'après les reviews de Dhadak (autre site de reviews), ce remake serait inférieur à l'original, mais pas énormément; il est aussi très différent, ce qui est pour certains spectateurs un reproche, bien que probablement infondé.

Sortie en France le 2018-07-20.

Blood Simple. (1984) (Blood Simple. / Sang pour sang), de Joel Coen / Ethan Coen [AC]

Superbe! Film mystérieux et envoûtant. Tout est réussi: mise en scène, scénario, photographie (beaucoup de scènes la nuit), musique, acteurs (surtout Emmet Walsh, le détective privé). Avec en plus une scène grandiose à la fin du film! Peut-être le meilleur film des frères Coen.

Vu en version restaurée numériquement, mais en projection 35 mm, lors des rétrospectives des frères Coen à l'Institut Lumière de 2008 et de 2015. Vu une troisième fois en version restaurée 4K (mais projection 2K) / director's cut, lors de la reprise en salles en 2018.

Reprise en France le 2018-07-25.

Bajirao Mastani (2015), de Sanjay Leela Bhansali [AC]

Excellent film de Bollywood. Du grand spectacle. L'esthétisme est particulier, sans l'abondance de couleurs vives habituelle; en tout cas, c'est très réussi. On y retrouve Deepika Padukone et Priyanka Chopra.

Certains points font penser à deux autres films du réalisateur: Devdas (2002) (notamment les décors: on voit que c'est une très grosse production) et Padmaavat (2018).

Reprise en France le 2018-07-25.

The Charmer, de Milad Alami [AC]

Pas mal.

Sortie en France le 2018-07-25.

Thirst Street (C'est qui cette fille?), de Nathan Silver [AC]

Scénario sans intérêt, aucune émotion, mise en scène pas terrible, avec trop de voix-off.

Seule l'affiche française du film (conçue par William Laboury) est très bien.

Sortie en France le 2018-07-25.

Hotel Artemis, de Drew Pearce [AC]

Pas mal. Intéressant pour son ambiance et sa photographie.

Sortie en France le 2018-07-25.

Mamma Mia! Here We Go Again, d'Ol Parker [AC]

Pas mal. Une comédie musicale avec un très bon casting, notamment Lily James, et aussi Amanda Seyfried. J'ai beaucoup aimé les passages et parallèles entre présent et passé, qui se font presque naturellement et dans une certaine continuité. Mais globalement, j'ai moyennement aimé l'histoire (assez creuse) et la musique (inégale). Enfin, ma scène préférée: celle avec Lily James, les oranges et la chèvre.

Note: je n'avais pas vu le premier volet, mais peu importe.

Sortie en France le 2018-07-25.

Vierges, de Keren Ben Rafael [AC]

Le film ne raconte pas grand chose et est assez naïf. J'ai seulement bien aimé la fin ouverte.

Sortie en France le 2018-07-25.

Ang panahon ng halimaw (La saison du diable), de Lav Diaz [AC]

Moyen. Comme pour La femme qui est partie, le film dure près de 4 heures et est inutilement trop long. Même style de mise en scène: de longs plans fixes, en noir et blanc. Mais ici, le film est en plus musical. Certains plans sont magnifiques, mais il est dommage que la définition de l'image ne soit pas très bonne.

Note: j'étais tout seul dans la salle!

Sortie en France le 2018-07-25.

Bao xue jiang zhi (Une pluie sans fin), d'Yue Dong [AC]

Très bien pour le cadre du film. Au final, une histoire de disparitions… Ce film m'a fait penser à un certain film américain datant de 2001 ([Révélations – non disponible]) concernant le flashback vers la fin, mais il y a aussi d'autres similarités entre ces deux films.

Vu en avant-première au Comoedia (salle 4) à Lyon, en présence du réalisateur Dong Yue (séance en partenariat avec Quais du polar). Il s'agissait de la toute première présentation par le réalisateur en France. Quelques anecdotes… La musique a été faite en France; le compositeur est un Chinois qui vit en France. Le réalisateur s'est inspiré de Se7en (1995), La isla mínima (2014) et Memories of Murder (2003). Le film a été tourné dans une région où il pleut beaucoup. Mais dans la plupart des scènes, ce que l'on voit à l'écran est en fait de la pluie artificielle, car la saison des pluies a été ratée pour le tournage.

Sortie en France le 2018-07-25.

Banshun (1949) (Printemps tardif), de Yasujirô Ozu [AC]

Pas mal. Long et sans émotion, personnages non attachants, trop de dialogues monocordes; c'est ce qui fait que j'ai du mal à apprécier les films d'Ozu, malgré la précision de la mise en scène.

Vu en version restaurée 4K.

Reprise en France le 2018-08-01.

Bakushû (1951) (Été précoce), de Yasujirô Ozu [AC]

Je n'ai pas aimé. Le film, très long, m'a ennuyé. J'ai les mêmes reproches que d'habitude sur les films d'Ozu. J'ai seulement apprécié les quelques scènes amusantes dans ce film (c'est rare chez Ozu).

Vu en version restaurée 4K.

Reprise en France le 2018-08-01.

Ochazuke no aji (1952) (Le goût du riz au thé vert), de Yasujirô Ozu [AC]

Je n'ai pas accroché. D'une manière générale, ce genre de film (des histoires de couple) a tendance à m'ennuyer. De plus, le film est long et a beaucoup de dialogues.

Vu en version restaurée 4K.

Reprise en France le 2018-08-01.

Tôkyô monogatari (1953) (Conte de Tokyo / Voyage à Tokyo), de Yasujirô Ozu [AC]

Le film est trop bavard à mon goût et je l'ai trouvé long et peu intéressant, et je n'ai pas été ému. Maintenant, le noir et blanc est parfois très beau, et la réalisation typique d'Ozu est soignée et bien adaptée à ce type de film.

Reprise en France le 2018-08-01.

Sôshun (1956) (Printemps précoce), de Yasujirô Ozu [AC]

Dialogues interminables, mise en scène toujours aussi monotone (toujours les mêmes plans fixes), pas de côté humoristique (sauf la scène du camion, qui est à mes yeux la seule scène à retenir). C'est comme cela dans tous les films d'Ozu, et je commence à trouver cela lassant. Parfois j'accroche à l'histoire, mais pas ici. En plus, c'est un film de deux heures et demie, avec un scénario qui peut se résumer en trois lignes.

Reprise en France le 2018-08-01.

Tôkyô boshoku (1957) (Crépuscule à Tokyo), de Yasujirô Ozu [AC]

Un de mes préférés parmi les quelques films d'Ozu que j'ai vus. Les 50 premières minutes paraissent longues.

Reprise en France le 2018-08-01.

Higanbana (1958) (Fleurs d'équinoxe), de Yasujirô Ozu [AC]

Pas mal. L'histoire ne m'a pas emballé, et le film est trop long. Belles couleurs.

Vu en version restaurée 2K.

Reprise en France le 2018-08-01.

Ohayô (1959) (Bonjour), de Yasujirô Ozu [AC]

Moyen. Quelques passages sont drôles (les relations de voisinage), mais j'ai trouvé le film lourd et répétitif.

Reprise en France le 2018-08-01.

Akibiyori (1960) (Fin d'automne), de Yasujirô Ozu [AC]

Film très touchant. C'est le troisième film d'Ozu que je vois, et j'aime toujours autant sa mise en scène particulière. Les images, très colorées, sont belles, et les acteurs arrivent à faire passer beaucoup d'émotion sans avoir à surjouer.

Reprise en France le 2018-08-01.

Sanma no aji (1962) (Le goût du saké), de Yasujirô Ozu [AC]

Le premier film d'Ozu que je vois. Une mise en scène très particulière (caméra fixe, près du sol) qui fonctionne remarquablement bien.

Reprise en France le 2018-08-01.

Mission: Impossible - Fallout, de Christopher McQuarrie [AC]

Très bien. Des scènes d'action spectaculaires vers la fin. On peut regretter que lorsque des coups sont portés au visage, on ne voie aucune trace ou presque. Ce 6e volet est le meilleur avec le 4e, Mission: Impossible - Ghost Protocol (2011).

Vu une première fois en 2D dans un UGC à Lyon. Revu en Dolby Cinema 3D au Gaumont Wilson à Toulouse (la salle a ouvert début juin 2018). J'ai été un peu déçu par la résolution de l'image, même si certains plans sont visuellement de très bonne qualité. Je pense que cela est dû au fait que le film a été tourné en 35 mm (on voit bien le grain, d'ailleurs), et que finalement le 35 mm n'a pas une meilleure résolution que le 4K (tout du moins en pratique), contrairement à ce que certains disent.

Sortie en France le 2018-08-01.

The Children Act (My Lady), de Richard Eyre [AC]

Pas mal. Certains points sont peu crédibles.

Sortie en France le 2018-08-01.

A casa tutti bene (Une famille italienne), de Gabriele Muccino [AC]

J'ai bien aimé. Film choral sans véritable scénario, et c'est son seul défaut. Très belle mise en scène, pour ses mouvements de caméra. Le film devient émouvant vers la fin, avec notamment certains plans magnifiques, comme le (faux) plan-séquence où la caméra tourne à 360°, partant de la chambre des deux adolescents au début de la nuit et arrivant à l'aube. Très bons acteurs. Belle musique.

Sortie en France le 2018-08-01.

On Happiness Road (Happiness Road), de Hsin Yin Sung [AC]

Un film d'animation au scénario non linéaire et au style inventif et poétique. J'ai bien aimé.

Sortie en France le 2018-08-01.

Mary Shelley, de Haifaa Al-Mansour [AC]

J'ai assez bien aimé. Très belle photographie. Mais le film manque d'intensité, et il y a des lourdeurs (musique) et des longueurs. Belle prestation d'Elle Fanning. J'avais préféré Gothic (1986) de Ken Russell, avec son côté fantastique et délirant.

Sortie en France le 2018-08-08.

The Darkest Minds (Darkest Minds: Rébellion), de Jennifer Yuh Nelson [AC]

J'ai assez bien aimé. Entre X-Men, Divergent et The Maze Runner, tout en étant inférieur. Film convenu, mais bien divertissant. Des rebondissements, un peu d'humour et quelques excellents moments d'émotion (le début du film et une scène vers la fin). Et j'aime beaucoup l'actrice principale, Amandla Stenberg, qui jouait Rue dans The Hunger Games (2012). Parmi les défauts: certaines chansons et le truc de la radio (déjà, trouver la signification du code du premier coup, mais aussi le fait de trouver une vieille radio à cet endroit précis et qui fonctionne encore, ça fait un peu trop de n'importe quoi à la fois).

Sortie en France le 2018-08-08.

Kamigami no fukaki yokubô (1968) (Profonds désirs des dieux), de Shôhei Imamura [AC]

Pas mal, mais beaucoup trop long (près de 3 heures).

Reprise en France le 2018-08-15.

Bad Lieutenant (1992), d'Abel Ferrara [AC]

J'ai moyennement aimé.

Reprise en France le 2018-08-15.

Les îles, de Yann Gonzalez [AC]

Moyen. Projeté dans le programme de 3 courts métrages Ultra Rêve, pour les amateurs de cinéma expérimental uniquement.

Sortie en France le 2018-08-15.

After School Knife Fight, de Caroline Poggi / Jonathan Vinel [AC]

Pas terrible. Projeté dans le programme de 3 courts métrages Ultra Rêve, pour les amateurs de cinéma expérimental uniquement.

Sortie en France le 2018-08-15.

Ultra pulpe, de Bertrand Mandico [AC]

Moyen métrage expérimental, dont l'intérêt est uniquement visuel. Trop long. Projeté dans le programme de 3 courts métrages Ultra Rêve, pour les amateurs de cinéma expérimental uniquement.

Sortie en France le 2018-08-15.

The Producers (1967) (Les producteurs), de Mel Brooks [AC]

Comédie intéressante pour son scénario. Je trouve que les acteurs surjouent un peu trop au début et ça ne passe pas toujours très bien. Le film est plus drôle sur la fin, une fois les personnages mis en place. Attendons le remake...

Reprise en France le 2018-08-22.

Bara no sôretsu (Funeral Parade of Roses), de Toshio Matsumoto [AC]

J'ai moyennement aimé, mais les 10 dernières minutes sont superbes. Film vu en version restaurée au Comoedia à Lyon, à la 8e édition du festival Écrans Mixtes (mars 2018), en avant-première de sa sortie en salles en France.

Sortie en France le 2018-08-29.

Thelma & Louise (1991), de Ridley Scott [AC]

Excellent film, vu en 35 mm à l'Institut Lumière.

Reprise en France le 2018-08-29.

Guy, d'Alex Lutz [AC]

Très bien. On croirait à un véritable documentaire! C'est ce qui fait la force de ce film. Vu en avant-première au Comoedia (salle 5) à Lyon, suivi d'une rencontre avec le réalisateur, scénariste et acteur Alex Lutz. Je n'avais jamais entendu parler d'Alex Lutz auparavant, et c'était une surprise pour moi de le voir en vrai juste après la projection.

Sortie en France le 2018-08-29.

One Hour with You (1932) (Une heure près de toi), de George Cukor / Ernst Lubitsch [AC]

J'ai détesté. Du n'importe quoi complet, surtout concernant la langue. Le réalisateur veut faire croire que les personnages parlent en français (noms français, accent français, quelques mots en français, et même la mention French dans les dialogues), alors que dans les faits, ils parlent en anglais. Pourquoi ne pas avoir tourné le film en français si ce point était si important? Le film a l'air d'être destiné à un public américain exclusivement. En plus, je n'ai pas aimé le scénario et le film ne m'a pas faire rire.

Reprise en France le 2018-09-12.

L'année dernière à Marienbad (1961), d'Alain Resnais [AC]

Film très narratif avec de très jolies images, et assez dur à suivre.

Reprise en France le 2018-09-19.

La religieuse (1966), de Jacques Rivette [AC]

J'ai assez bien aimé, sauf la bande son. J'ai trouvé les deux premières parties (correspondant aux deux couvents) trop longues et la dernière partie trop courte (manque de continuité).

Reprise en France le 2018-09-19.

De l'ombre il y a (Avant l'aurore), de Nathan Nicholovitch [AC]

Pas mal. J'ai trouvé le film trop long. Vu au Comoedia à Lyon en octobre 2015, dans le cadre d'une sélection des films de l'ACID du Festival de Cannes 2015 (fiche du film), en présence du réalisateur Nathan Nicholovitch, de l'acteur David D'Ingeo et de la co-scénariste Clo Mercier; il n'y avait pas encore de sortie prévue en France.

Le titre original De l'ombre il y a a un double sens (positif, par rapport à la chaleur au Cambodge, et négatif).

Sortie en France le 2018-09-19.

Lindy Lou, Juror Number 2 (Lindy Lou, jurée numéro 2), de Florent Vassault [AC]

Documentaire très intéressant sur la peine de mort et ce qu'en pensent les jurés plusieurs années après avoir envoyé un meurtrier à la mort, ainsi que l'effet qu'a eu leur décision sur eux-mêmes. Vu en avant-première à l'UGC Ciné Cité Confluence à Lyon en septembre 2017, dans le cadre du festival Coup de pouce (qui a lieu dans plusieurs salles UGC en France), plus d'un an avant sa sortie prévue en France.

Sortie en France le 2018-10-10.

Manbiki kazoku (Une affaire de famille), de Hirokazu Koreeda [AC]

Très bien. Vu en avant-première au Comoedia (salle 1) à Lyon; le Comoedia avait choisi ce film pour sa vague d'avant-premières de films du festival de Cannes 2018 avant de savoir qu'il allait avoir la Palme d'or.

Sortie en France le 2018-12-12.



webmaster@vinc17.org